Discours du Président lors de la cérémonie de remise du rapport du Dialogue National Inclusif

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Discours du Président lors de la cérémonie de remise du rapport du Dialogue National Inclusif




 

·     Excellence Monsieur le Président de la République Centrafricaine, Président en exercice de la CEMAC et facilitateur de la CEEAC ;

·     Mesdames, Messieurs les présidents des Institutions de la Transition ;

·     Monsieur le Vice-Président de la Transition ;

·     Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;

·     Messieurs les Officiers Généraux, Officiers, Sous-Officiers et Militaires de rang du CTRI ;

·     Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;

·     Monseigneur l’Archevêque de Libreville, Président du Dialogue National Inclusif ;

·     Mesdames et Messieurs les Dignitaires de la République ;

·     Mesdames et Messieurs les Membres du bureau du Dialogue National Inclusif ;

·     Messieurs les Ambassadeurs, Observateurs du Dialogue National Inclusif ;

·     Mesdames et Messieurs les Délégués au Dialogue National Inclusif ;

·     Mesdames et Messieurs ;

 

A l’entame de mon propos, je voudrais que nous puissions observer une minute de silence pour honorer la mémoire de tous ceux qui nous ont précédé pendant cette période de Dialogue National Inclusif.

J’ai une pensée profonde pour :

-       Monsieur Richard MOULOMBA MOMBO, Président de l’ARENA, Député de la Transition, Délégué au Dialogue ;

-       Monsieur Dan MANFOUMBI MOUSSAVOU, Agent au protocole du Dialogue.

Je vous prie de bien vouloir vous lever.

 

Je vous remercie.

 

 

Distingués invités,

Mes chers compatriotes,

 

En ce moment solennel et au moment de recevoir le rapport du Dialogue National Inclusif, je souhaite exprimer ma gratitude envers Dieu pour sa bonté infinie envers notre pays le Gabon.

Sa grâce nous a entourée tout au long des travaux qui se sont déroulés dans une atmosphère paisible et sereine marquée par un respect mutuel.

Aussi me plaît-il à nouveau d’exprimer ma gratitude et celle du Peuple gabonais à Son Excellence Monsieur Faustin Archange TOUADERA, Président de la République Centrafricaine pour son rôle de facilitateur de la CEEAC et son fraternel accompagnement à la Transition gabonaise.

Mes remerciements s’adressent également à Monseigneur Jean Patrick IBA-BA, Archevêque Métropolitain de Libreville, Président du Dialogue National Inclusif et à l’ensemble des membres du bureau pour avoir conduit avec succès les travaux de ces assises.

Monseigneur, les livres se souviendront de votre direction magistrale, au-delà de votre illustre personne, c’est également l’engagement de l’ensemble des confessions religieuses que vous avez porté et inscrit en lettres de noblesse dans le marbre de notre histoire commune. Au nom de la nation gabonaise toute entière, recevez mes sincères remerciements et félicitations.

A vous j’associe l’ensemble du Comité d’Organisation, les Délégués au Dialogue, la Presse, les bénévoles, sans oublier les nombreux gabonais qui ont contribué et suivi avec un réel engouement l’ensemble des débats œuvrant ainsi au plein succès de cette rencontre nationale.

Ces remerciements vont également à l’endroit de la communauté internationale et de tous les amis de la République Gabonaise, dont l’engament bienveillant a réhaussé la qualité de l’organisation de ces assises.

 

Gabonaises, Gabonais,

Mes chers compatriotes,

Mesdames, Messieurs,

 

Je suis persuadé que dans les pages de ce rapport se trouvent les grandes lignes du Gabon Nouveau que nous appelons de tous nos vœux.

Le Dialogue est un essai réussi, nous avons fait un pas vers la restauration de notre édifice commun.

Je m’engage à mettre en place dans les prochains jours, le Comité de suivi des conclusions du Dialogue National Inclusif. Il devra travailler rapidement à établir l’Assemblée constituante de manière à ce que la nouvelle constitution soit rédigée et soumise au référendum.

Dans le même temps, ce Comité de suivi devra s’atteler à proposer des mécanismes pour la mise en œuvre d’un nouveau code électoral garantissant des élections transparentes et crédibles.

Il est important de souligner que par ces différents mécanismes, le CTRI a pour mission pendant la période de la Transition de restaurer les Institutions et de faire du Gabon un pays digne d’envie.

 

Mes chers compatriotes,

 

Avant de clore mon propos, tout en félicitant les éminentes personnalités décorées, je souhaiterais paraphraser le passage de notre hymne national qui dit : « Gabonaises, Gabonais oublions nos querelles, ensemble bâtissons l’édifice nouveau auquel tous nous rêvons », car c’est uni dans la concorde et la fraternité que nous relèverons le défi de faire du Gabon un pays prospère.

C’est enfin notre essor vers la félicité !

Honneur et fidélité à la Patrie !

Que Dieu bénisse le Gabon !

Je vous remercie.